Concerts Scolaires

Zoom Zoom + Zoom ++



MOZART ET SALIERI


Mercredi 19 décembre 2018 à 9h30 et 10h15

Collège des Bernardins, 20, rue de Poissy        75005 Paris

01 42 27 79 90                     marianne.vourch@wanadoo.fr


" Opéra en un acte sur une musique de Rimski-Korsakov d'après la nouvelle de Pouchkine, ou l'on accuse Salieri d'avoir assassiné Mozart..."




 PRESENTATION : 


La mort soudaine de Mozart (ce compositeur n'avait que 35 ans) ne tarda pas à attirer les soupçons. Officiellement décédé d'une « fièvre militaire », la disparition rapide de ses restes ne nous permet pas aujourd'hui de connaître la maladie dont souffrait Mozart. En 2010, le psychiatre allemand Lucien Karhausen présenta 140 causes qui auraient pu entraîner la mort de ce compositeur : fièvre rhumatismale, grippe, hémorragie cérébrale, insuffisance rénale, obésité, syndrome maniaco-dépressif, etc...

A ces différents syndromes s'ajoutent plusieurs théories, jugées peu crédibles par les historiens : empoisonnement au mercure par Salieri ; assassinat par les francs-maçons, furieux de voir leurs rites dévoilés dans la Flûte enchantée ; ou absorption de potions médicinales dangereuses (liqueur de Van Swieten).

En réalité, la légende de l'assassinat de Mozart par Salieri relève de l'imagerie romantique, ayant été présentée pour la première fois dans Mozart et Salieri, pièce de théâtre de l'écrivain russe Alexandre Pouchkine, publiée en 1830. Très populaire en Russie, elle fut adaptée à l'opéra à la fin du XIX° siècle sur une musique de Rimski Korsakov. Plus tard, en 1979, le Britannique Peter Schaffer s'inspira de l'ouvrage de Pouchkine pour composer la pièce de théâtre Amadeus, qui fut adaptée au cinéma dès 1984, sous le nom de Peter Schaffer's Amadeus.

Enfin, il ne fut pas le commanditaire secret du fameux Requiem, ce dernier ayant été commandé par le fils du maire de Vienne de l'époque, pour le compte de Franz de Walsegg, un aristocrate autrichien.


 PROGRAMME : 


Opéra en un acte de Rimski-Korsakov d'après la nouvelle de Pouchkine.


 ARTISTES : 


Laurent Arcaro, baryton (Salieri)
Jérémy Duffau, ténor (Mozart)
Gaspard Brécourt, piano






Jérémy Duffau, ténor


Après avoir étudié le saxophone, Jérémy Duffau se tourne vers le théâtre et suit une formation de comédien au Cours Florent pendant 3 ans où il se découvre une passion pour le chant.
Il chante alors le rôle de Tony dans West Side Story de Bernstein avant d’entrer au CRR de Saint-Maur-des-Fossés dans la classe d’Yves Sotin où il obtient son premier prix de chant en 2010.
Il s’est rapidement fait entendre en tant que soliste dans le War Requiem de Britten, le Dixit Dominus de Haendel, le Lauda Sion de Mendelssohn, ainsi que dans la Messe en Ut et la Messe du Couronnement de Mozart. Sur scène, on a pu l’entendre dans les rôles de Belfiore dans La Finta giardiniera de Mozart et dans Gontran dans Les Mousquetaires au couvent de Verney.
A l’occasion des journées Tous à l’Opéra, il s’est produit en duo avec la soprano Nathalie Manfrino au Théâtre des Champs-Elysées ainsi qu’à l’Opéra de Massy.
Il chante la Petite Messe Solennelle de Rossini en version scénique, sous la direction de Jean-Claude Malgoire à l’Atelier Lyrique de Tourcoing, puis Poiretapée dans Mesdames de la Halle d’Offenbach avec le Studio de l’Opéra National de Lyon.
En 2012-2013 il intègre l’Opéra Studio du Rhin où il chante les rôles de Lechmere dans Owen Wingrave de Britten, Gonzalve dans L’Heure espagnole de Ravel ainsi que Rubi dans la création française de Blanche-Neige de Lange. Il a également donné un récital Verdi au festival International de Colmar, et chanté le rôle de Léodès dans Pénélope de Fauré au Théâtre des Champs-Elysées, aux côtés de Roberto Alagna et d’Ana Caterina Antonacci.
En 2013-2014, il a chanté au Finnish National Opera d’Helsinki le rôle d’Ernesto dans Don Pasquale de Donizetti, le Premier Commissaire dans les Dialogues des Carmélites de Poulenc mis en scène par O.Py et dirigé par J.Rhorer au Théâtre des Champs Elysées, La Petite Messe Solennelle de Rossini à Tourcoing, Le Laboureur dans Le roi Arthus de Chausson à l’Opéra National du Rhin, la reprise d’Owen Wingrave de Britten à l’Opéra de Besançon ainsi que Tamino dans la Flûte enchantée de Mozart au Théâtre des Variétés à Paris.
La saison 2014-2015, Malcolm dans Macbeth de Verdi au Théâtre des Champs-Elysées avec l’Orchestre National de France dirigé par Daniele Gatti, Tchekalinski dans La Dame de Pique de Tchaïkovski à l’opéra National du Rhin dans une nouvelle production de Robert Carsen, La Passion selon Saint-Jean de Bach à l’Auditorium de Radio France, Gastone dans la Traviata de Verdi au Vendéespace, Le Duc de Mantoue dans Rigoletto en version concert, ainsi qu’un récital avec Jeff Cohen.
En 2015-2016, Ruiz dans Il Trovatore à l’Opéra de Toulon, Le Messager philistin dans Samson et Dalila, Mitrane dans Semiramide à l’Opéra National de Bordeaux, Abdallo dans Nabucco et Coelio dans Les Caprices de Marianne à l’Opéra de Saint-Étienne … Il est également nommé aux Victoires de la musique 2016 dans la catégorie Révélation lyrique de l’année.
En 2016-2017, citons entre autres Vincent dans Le chanteur de Mexico à l’Opéra de Nice, Edoardo La Cambiale di matrimonio de Rossini à Tourcoing et au Théâtre des Champs-Élysées, Rodolfo dans La Bohème de Puccini à Levallois, Aménophis dans Moïse de Rossini à l’Eglise Saint-Pierre d’Arène à Nice, Le Messie de Haendel à Vincennes, Sir Hervey dans Anna Bolena de Donizetti à l’Opéra Grand Avignon ou Tybalt dans Roméo et Juliette de Gounod à l’Opéra de Toulon.
En 2017-18, Pâris dans La Belle Hélène d’Offenbach à l’Opéra de Nice, puis la même oeuvre dans une autre production à Mérignac et au Zénith de St-Etienne, le Second muezzin dans Mârouf savetier du Caire de Rabaud à l’Opéra National de Bordeaux et à l’Opéra- Comique, Le Premier Commissaire dans Les Dialogues des Carmélites à Bologne et Le Premier Philistin dans Samson et Dalila au Théâtre des Champs-Élysées …
Parmi ses projets, notons le rôle-titre de La Clemenza di Tito de Mozart et Jaquino dans Fidelio à Tourcoing, Alberto dans l’Occasione fa il laddro de Rossini au Théâtre des Champs-Elysées, Mozart dans Mozart et Salieri de Rimski-Korsakov à Paris, Orphée dans Orphée aux enfers à Perpignan et Mérignac, Boris dans Volga et Carlos dans La belle de Cadix de F.Lopez respectivement au Casino Barrière de Toulouse et au Théâtre de l’Odéon de Marseille …



Laurent Arcaro, baryton


Après des études de chant au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, Laurent Arcaro intègre la classe de Lied d’Ulrich Eisenlohr et de chant de Rudolf Piernay à la Musikhochschule de Mannheim.
Il participe aux masterclasses de Dietrich Fischer-Dieskau, Gabriel Bacquier et de Thomas Hampson.
Il obtient le premier prix de chant au cycle supérieur du conservatoire de Toulouse, reçoit le Prix Edward James Marshall au concours de St-Chamond, le Prix du Meilleur Espoir au concours de Clermont-Ferrand et se retrouve finaliste au concours de Mélodie Française de Toulouse.
Il intègre le Studio-Oper de Mannheim pour l’étude et la réalisation en scène de nombreux rôles tels que de Dandini, Guglielmo, Papageno, Harlekin, Malatesta, Belcore, Silvio, Figaro des Nozze di Figaro et Figaro du Barbiere di Siviglia.
Puis, il chante sous la direction de Michel Plasson à Toulouse, de J.-Y.Ossonce à Tours, et Roland Boer au Staatsoper Stuttgart, au Staatsoper Frankfurt am Main, et au Staatsoper Berlin Unter den Linden.
Il est dirigé par Andrea Schwalbach pour le rôle du Kaptain Stone dans Die Blume von Hawaï de Paul Abraham.
Sous la baguette de Dominique Trottein et Joël Suhubiette, il incarne les rôles de Papageno, Gardefeu, Figaro (Nozze di Figaro), 7 rôles différents dans Le Brave Soldat Schweik de Kurka, Schaunard, Marcello et Figaro (Barbiere di Siviglia). Il est invité à plusieurs reprises au Festival d’Auvers-sur-Oise pour des récitals Mozart autour de la trilogie Da Ponte ainsi que pour l’Annonciation, une création mondiale de Pascal Zavaro.
Il chante un récital retransmis sur la chaîne Medici TV au Annecy Classic Festival.
Dans une mise en scène de Louis Désiré et sous la direction de José-Miguel Pérez-Sierra, il chante le rôle d’Alidoro dans la Cenerentola à Metz.
Il décide alors de partir vivre aux Etats-Unis à Los Angeles pour suivre le Young Artist Program du L.A.Opera dirigé par Placido Domingo. Fort de cette expérience, il rentre et décide de participer chaque année à une série de concerts au profit d’associations caritatives. Partagé entre la France, l’Allemagne et les Etats-Unis, il fait des « allers-retours » entre le cinéma et la musique, tournant ainsi dans quelques films et courts-métrages dont Heart Zero, qui a reçu le prix du meilleur court-métrage à Los Angeles, et tente de promouvoir la musique française à travers les continents.
Il affectionne tout particulièrement la musique de chambre et forme un duo avec Tristan Pfaff. Ils donnent régulièrement des récitals et leur répertoire s’étend de Schubert, Schumann à Duparc, Debussy, Fauré, Strauß, Rachmaninov…
Il ne délaisse pas pour autant l’Oratorio et s’est déjà produit dans le Messiah, Carmina Burana, Ein Deutches Requiem, le Requiem de Fauré, Die Jahreszeiten, Die Matthäus-Passion de Bach, …
Il donne des concerts d’airs de Haendel au festival Musiques de Chapelles.
Il rend hommage à ses origines napolitaines à travers un large répertoire au cours d’un festival, accompagné par Dominique Trottein. Il est engagé au Festival de Pontlevoy pour un concert autour de Verdi, Donizetti,Bellini et Puccini.
Parmi ses projets, La Traviata en tournée, un récital autour de Duparc, une Petite Messe Solennelle ainsi que sa participation dans différents festivals d’été.


Gaspard Brécourt, piano




S’illustrant tout particulièrement dans le répertoire lyrique, le jeune Gaspard Brécourt devient directeur musical et conseiller artistique du Théâtre Impérial de Compiègne durant les saisons 2007-8, 2008-9. Au cours de ces deux années, il donne : Une Education Manquée de E. Chabrier, Jean de Paris et Ma tante Aurore de F-A. Boïeldieu avec A. Noguera et G. Raphanel, Djamileh de G. Bizet et plusieurs récitals avec I. Philippe, A. Noguera et S. Guèze.
Parallèlement, il dirige à l’Opéra National d’Athènes en avril 2009 la création mondiale Cyrano et Roxane de S. Xarhakos, adaptée par J-C. Carrière, dans une mise en scène de D. Freeman.
Auparavant, Gaspard Brécourt s’était distingué au Japon en février 2009 avec le Tokyo Metropolitan Symphony Orchestra dans un programme symphonique français.
Aux oeuvres lyriques, il ajoute l’oratorio à son répertoire en donnant la Johannes Passion de J.S. Bach avec l’Orchestre de Chambre de Versailles en tournée nationale (2007) et la Cantate David de G. Bizet avec Sébastien Guèze et l’Orchestre Ostinato (2008).
A partir de 2008, il rejoint l’ensemble « Al’Opéra » et se produit notamment aux théâtres de Fontainebleau, d’Enghien et de Corbeil-Essonnes à de nombreuses reprises. Au répertoire mozartien (Don Giovanni, Cosi fan Tutte), il ajoute Die Fledermaus de J. Strauss et Carmen de G. Bizet avec cette même compagnie. En 2005, il fait ses débuts avec la Bohème de G. Puccini et Cosi fan Tutte de W.A. Mozart avec l’Orchestre Ostinato au théâtre d’Herblay. Formé auprès du maestro M. Janowski, directeur musical du Nouvel Orchestre Philharmonique de Radio France, dont il fut l’assistant durant deux années, il perfectionnera son répertoire lyrique français auprès du maestro J. Fournet jusqu’en 2007.
Il se consacre en premier lieu à son métier de chef de chant dans différents opéras en France et à l’étranger (Opéra de Paris, Théâtre Impérial de Compiègne, Opéra du Rhin, Teatro Colon de Buenos-Aires…) ainsi qu’en récital avec des chanteurs tels que I.Vassilieva, A-M Werster, M.Vidal, M. Defontaine, C. Mutel. Initié à la musique dès le plus jeune âge, Gaspard Brécourt débute ses études à la Maîtrise de Radio France durant cinq années puis au CNR de Boulogne Billancourt où il obtient ses premiers prix de piano, accompagnement, percussions, harmonie et contrepoint.









 



Accès direct

Ecoles & Collèges

Newsletter


Services

La salle de concert

Collège des Bernardins
20, rue de Poissy - 75005 Paris
Bus n°63, 86, 87, 24, 67, 47, 89
Metro : Cardinal Lemoine, Maubert-Mutualité, Jussieu

Sur le réseau


Nous Contacter

Marianne Vourch Production
9, rue des Saints-Pères
75006 Paris
Téléphone : 01 42 27 79 90
Email: marianne.vourch@wanadoo.fr