Concerts Scolaires

Zoom Zoom + Zoom ++



LOUIS XIV OU LE POUVOIR DES ARTS


Mercredi 10 octobre 2018 à 9h et 10h30

Collège des Bernardins, 20, rue de Poissy        75005 Paris

01 42 27 79 90                     marianne.vourch@wanadoo.fr


" A Versailles, protéger les arts et les créateurs est aussi important que de gagner une bataille. Louis XIV accorde à la musique une place centrale dans l'affirmation du pouvoir royal..."




 PRESENTATION : 


Ce concert propose un programme emblématique de la politique de Louis XIV qui à travers la danse, la musique, le théâtre... affirme son pouvoir non seulement en France mais dans toute l'Europe.

A Versailles, protéger les arts et les créateurs est aussi important que de gagner une bataille. Louis XIV accorde à la musique une place centrale dans l'affirmation du pouvoir royal.

Le Roi-Soleil établit un mécénat intensif très brillant concernant tous les arts afin d'apporter la gloire à son règne. L'architecture, la peinture, la musique et le théâtre sont utilisés pour assurer le rayonnement du roi dans son royaume mais également à l'égard des autres monarchies européennes.

Le contrôle des Lettres permet aussi d'avoir une emprise sur les esprits. Ainsi le mécénat le mécénat royal continue d'être, sous louis XIV, une composante de l'absolutisme.

En subventionnant les différents artistes, il est l'orchestrateur d'une majeur partie de la politique artistique du Grand siècle. Encore appelé "siècle d'or", le XVIIè siècle est indissociable du règne de Louis XIV. En effet la France atteint son apogée culturelle et rayonne ainsi sur toute l'Europe.

Par ses commandes royales, Louis XIV a désormais la main mise sur tous les aspects de la royauté: la politique, la religion, les impôts mais aussi les arts. .


 PROGRAMME : 


Couperin, un grand compositeur au service de la famille royale
Le style musical français à travers la forme caractéristique de la suite de danse
Suite instrumentale Couperin , Premier Concert Royal.
Prélude
Sarabande
Gavotte
Menuet Solo dansé, chorégraphie de Ballon. Vers 1705-10
Gigue

Les artistes de la cour au service de la religion
Beth. Plorans ploravit.
Extrait des Premières Leçons de Ténèbres du Mercredi Saint (1714) – François Couperin.


La naissance de la Comédie Ballet, la collaborationd es arts, Molière Lully, Beauchamp

Extrait du Bourgeois Gentilhomme (1670) ; Musique de Jean-Baptiste Lully.
Marche cérémonie des Turcs
La Sarabande des Espagnols - Solo Hubert - Chorégraphie de Favier (membre de l’Académie Royale de danse).
Chaconne des Scaramouches


Le grand genre tragique, l’exaltation de l’héroïsme – la gloire contre l’amour

Armide, Tragédie Lyrique, 1686, Lully.
Acte V, scène 6. Armide et Renaud.
Renaud déclamé parlé par Hubert (avec ou sans clavecin).

La réprésentation du Roi Soleil dans le Ballet de cour
Texte tiré du livret du Ballet Royal de la Nuit, 1653. Xe Entrée, Récit de l’Aurore / Le Roy représentant le Soleil levant
Prélude en Sol mineur Clavecin Solo.
Entrée Grave - évocation d’Apollon dans le prologue de la Pastorale Héroïque « Acis et Galatée », Lully, 1686.

Le cérémonial de Versailles, et ses divertissements, modèle pour les cours Européens
Evocation du Bal du Mariage du Duc de Bourgogne (1697) tirée de l’Histoire générale de la danse de Bonnet
La Bourgogne, danse de couple
Courante Bourrée, Sarabande – Passepied
Chorégraphie de Pécour (maître à danser de la Duchesse de Bourgogne, et compositeur des ballets à l’Opéra de Paris) notée et publiée par Feuillet en 1700.
Musique anonyme


 ARTISTES : 


Domitille Vigneron, violon
Karolina Herzig, clavecin
Hubert Hazebroucq, danse
Sabine Novel, soprano


 PHOTOS DU CONCERT : 









Domitille Vigneron, violon


Domitille Vigneron est passionnée par les chants en langue d'oc, des troubadours et trobairitz aux chansons traditionnelles, qu'elle chante en s'accompagnant à la vièle à archet, au violon ou à la lira da braccio, suivant les époques et les styles. Elle est co-fondatrice de Flor Enversa, (chants de troubadours et lutherie), de Sirigauda (musiques et danses provençales alpines, traditionnel) et de Blancaflor (chants en langue d'oc de la Renaissance ). Elle se produit également en solo tant pour chanter les trobairitz et troubadours, qu'en musique traditionnelle (Musée de la Musique à la Philharmonie de Paris, ….). Elle a enregistré un disque sur les trobairitz (Flor Nouvele, 2006) et trois disques avec Flor Enversa autour des troubadours (Savis e Fols, 2009, Senher Dalfin, 2010 et Blacatz de Proensa, 2013). Elle s'intéresse particulièrement à la langue d'oc, à la tradition orale, à l'art d'improviser sur ses instruments avec le chant, et à la lutherie.
Elle est titulaire du Diplôme d'Etat de Musique Ancienne et diplômée du CNSM de Paris et a joué et enregistré avec de nombreux ensembles de musique ancienne (Perceval, Diabolus in musica, La Grande Ecurie et la chambre du Roy, La Simphonie du Marais...). Domitille Vigneron chante en s’accompagnant à la vièle à archet, avec une prédilection pour le répertoire des troubadours des XIIe et XIIIe siècles en langue d'oc, et notamment les trobairitz (femmes-troubadours) (CD Flor Nouvele, Cds Flor Enversa). En 2006, elle co-fonde FLOR ENVERSA, ensemble qui se consacre aux troubadours tout en menant des recherches sur la lutherie de cette époque et qui co-organise le festival Trobarea sur l'art des troubadours. Passionnée par la vièle à archet depuis vingt ans, elle poursuit ses recherches sur sa lutherie, les modes de jeu, son utilisation dans l'accompagnement du chant... Elle réalise elle-même ses instruments d'après les sculptures, enluminures, sources archéo-musicologiques de l'époque, et ce dans un souci de recherche en lutherie. Elle parle et chante la langue d'oc, et s'attache à la transmission de ce patrimoine. Domitille Vigneron est régulièrement invitée à des colloques, master class, émissions radio ou TV, autour des troubadours et de la vièle à archet. En musique traditionnelle, elle crée en 2016 avec Thierry Cornillon SIRIGAUDA, ensemble qui se consacre au répertoire provençal-alpin, avec une prédilection pour les chants en langue d'oc, et dans un souci de transmission tant des chants, que de la danse. Sirigauda anime tant concerts que balèti ou ateliers-stages de transmission. Elle est co-fondatrice en 2015 de BLANCAFLOR, ensemble qui s'attache à la mise en valeur des musiques et danses de la renaissance, avec des axes de recherche particuliers autour des chants en langue d'oc, du jeu improvisé d'accompagnement à la lira da braccio, et du lien entre musiques traditionnelles et musiques renaissance (place de l'oralité, techniques d'improvisation proches) Par ailleurs, elle collabore avec le poète Guy Mathieu dans une lecture-concert autour de textes de noëls sur des musiques de Saboly, a participé au collectage et à la transmission de chants du Gevaudan à Paris et a animé des ateliers à Paris de chant en langue d'oc, tant sur les troubadours que en chant traditionnel. En musique baroque elle crée en 2015 avec Les Corps Eloquents le spectacle « La Fontaine » avec fables, musique baroque françaises et danse, comme directrice musicale, violoniste et flûtiste. Musicienne polyvalente, de formation très complète en musique ancienne, elle est diplômée du CNSM de Paris (classes d'écriture), du CNR de Douai (violon, flûte à bec, écriture), de la ville de Paris (prix de flûte à bec) et titulaire du Diplôme d'Etat d'enseignement de la musique ancienne (violon baroque). Domitille Vigneron s'est produite en concert et a enregistré au sein de nombreux ensembles de musique ancienne, du médiéval au baroque: Instrumentarium de Chartres, Perceval, Diabolus in Musica, Troubadours Art Ensemble, Amadis, La Simphonie du Marais, La Grande Ecurie et la Chambre du Roy, La salamandre, l'Eclat des Muses,…



Karolina Herzig, clavecin


Originaire de Cracovie où elle commence l'apprentissage de la musique, Karolina Herzig étudie en premier le clavecin et la musique ancienne dans différentes grandes écoles comme le Conservatoire Royal de Bruxelles, le Conservatoire Royal d'Anvers, le Conservatoire de Strasbourg et le Conservatoire Supérieur de Paris. Passionnée par l'art de la basse continue, elle enrichie ensuite sa formation avec l'étude de la harpe baroque (ou arpa doppia) avec Angélique Mauillon au CRR de Tours et Mara Galassi à la Scuola Musica de Milan. Reconnue pour ses qualités polyvalentes, elle collabore avec différents ensembles en France et à l'étranger comme Les Folies Françoises (P. Cohen-Akhenine), Il Seminario, Musicale (G. Lesne), La Fenice (J. Tubery). Titulaire du Diplôme d’Etat de Musique Ancienne, elle travaille au Conservatoire de Versailles et de Vanves.




Hubert Hazebroucq, danse


Formé en danse classique et contemporaine à Lyon, Hubert Hazebroucq travaille avec plusieurs compagnies contemporaines, en particulier de 2002 à 2007, avec Kilina Crémona. Il est titulaire du Diplôme d’Etat de Professeur de Danse Contemporaine. Depuis 1998, il se spécialise en Danses Renaissance et Baroque, en particulier avec la Compagnie L’Eclat des Muses/Christine Bayle (Paris), pour laquelle il interprète le répertoire et des (re)créations autour de la Comédie-Ballet et du Ballet de Cour (dont le Ballet de la Merlaison, 2011). Il s’initie à la gestuelle de théâtre baroque, et se forme avec Barbara Sparti aux styles de la Renaissance Italienne (XVIe et XVIIe siècle). Il danse par ailleurs pour plusieurs autres compagnies ou chorégraphes de danses historiques (Lieven Bart (Renaissance Italienne), JMB Cie, Fantaisies Baroques, Divertimenty…).
Il dirige depuis 2008 la compagnie Les Corps Éloquents, qui propose des démonstrations du répertoire autant que des performances dans une perspective contemporaine. Il crée entre autres en 2013 Le Bal des Diplomates, histoire dansée de la Paix d’Utrecht de 1713 (Printemps des Arts de Nantes, Festival d’Utrecht), Dancing for the Duke (Boughton House, 2014), Bals et Ballets pour Louis XIV /Autour des Caractères de la Danse (Levallois, 2015)… Il chorégraphie pour plusieurs ensembles musicaux tels Le Jardin des Délices d’O. Camelin (L’homme instruit par le Spectacle, Le Puy, 2013), La Compagnie de l’Aune de Miguel Henry et Akiko Veaux (Rosaces, Vanves, 2013), ainsi que pour l’ensemble Passo finto de Patrick Blanc (Dancez Noelz, Strasbourg, 2014)… Titulaire d’une maîtrise de Lettres et d’un Master 2 de musicologie sur la danse de Bal vers 1660 (dir. B. Porot, Reims), membre du C.A. de l’Association pour un Centre de Recherche sur les Arts du spectacle aux 17e et 18e siècles, il participe comme chercheur indépendant à plusieurs programmes de recherche et est invité à parler et à publier dans le cadre de plusieurs colloques internationaux : Le Corps en scène (Versailles/Nantes 2009), Symposium French Gesture (Utrecht, 2010), «Watteau…Caractères de la Danse » (Valenciennes, 2010), Le Corps en Scène (Nantes, 2011), Cesar Seminar (Oxford, 2011), Rothenfelser Tanzsymposion 2012 et Versailles (ACRAS / CMBV, 2012), Danse et musique, l’art de la rencontre (CNSMD de Lyon, 2013), Colloque International Rameau (Oxford, 2014)… Il a bénéficié à plusieurs reprise de l’Aide à la Recherche et au Patrimoine en Danse, du Centre National de la Danse, en son nom propre en 2011, pour une recherche sur un traité allemand de 1659, mais aussi en 2013 comme assistant de C. Bayle pour étudier les traités du début du XVIIe siècle, et en 2014 avec Irène Ginger pour une traitement informatique du répertoire noté selon le système Feuillet. Il enseigne les styles et les répertoires du XVe au XVIIIe siècles à des publics variés: danseurs professionnels, en particulier dans le cadre de la Formation professionnelle en danse baroque de la Cie Divertimenty, ou groupes d’adultes amateurs (en particulier en Allemagne à la Burg Rothenfels, à Bad Rappenau, et en Autriche). Il intervient fréquemment dans des conservatoires pour la formation de danseurs (CRD de Créteil, CRR de Cergy), mais également pour l’initiation aux danses anciennes de musiciens (CRR de Boulogne, CRC de Levallois, etc…). Il est aussi depuis 2002 régulièrement Maître à danser lors de bals Renaissance, dans le cadre de projets pédagogiques ou avec divers ensembles musicaux (Ensemble Entheos (Benoît Damant), Le Jardin des Délices, Ensemble Artémis, Ensemble Tourmaline – Carine Moretton…).




Sabine Novel, soprano


Après une formation de danse classique et moderne en Haute Savoie, Sabine Novel doit intégrer le CNDC d'Angers en 1990 alors dirigé par Jean Christophe Paré. Cependant elle fait le choix de partir à Paris et de passer des auditions. Elle participe alors dès ses débuts à l'aventure de la Compagnie de danse Montalvo-Hervieu de 1991 à 2012 en tant que danseuse puis danseuse-chanteuse, et à la majeure partie de leurs projets de créations. Elle parcourt le monde pendant de nombreuses années avec eux dans les théâtres et Festivals les plus prestigieux du monde artistique, au BAM de New York, au Festival Ein Tanz in Wuppertal Pina Bausch, au Festival d'Adelaïde, Perth, Melbourne et à l'Opéra de Sydney, au Festival de Wellington en Nouvelle Zélande, au Teatro Municipal de Rio de Janeiro, à Sao Paulo, Salvador de Bahia, au Théâtre National de Chaillot, au Théâtre de la Ville de Paris, au Corum de Montpellier, au Quartz de Brest, au Japon, en Asie du Sud Est, en Europe de l'Est…..
et obtient de belles critiques dans la presse notamment dans Le Monde (France), O Globo (Brésil), The Advertiser (Australie). En 2004 son besoin d'autonomie l'amène à créer sa propre compagnie, Le Miroir des Songes, avec laquelle elle créée trois spectacles, L'Horloge de l'Amour, Divers-Cités Féminine (avec la Compagnie Dife kako de Chatal Loïal), Clorinda, et deux pièces brèves, La secrète et La précieuse qui ont tourné en France, en Guyane, au Venezuela et en Italie entre 2004 et 2009. De 2004 à 2009 elle danse également pour la Compagnie de danse baroque l'Eventail de Marie Geneviève Massé pour les reprises de Carnaval ou la fête à l'envers, Don Juan, et les créations de l'Amour médecin, Dialogues et Les petits riens, en tournées au Festival de Sablé, au Festival baroque de Pontoise, à l'auditorium de l'Opéra Bastille, à l'Opéra Royal du Château de Versailles, à Riga, à Vilnius. Elle retrouve l'Eventail fin 2012, pour incarner le rôle titre d'Armide dans Les Ballets Noverre à l'Opéra de Versailles et l'Opéra Comique, puis elle est chorégraphe invitée par Marie Geneviève Massé sur sa dernière création Da Sola en février 2013. Musicalement Sabine a suivi depuis 1993 une formation de chanteuse lyrique particulièrement orientée vers le répertoire baroque avec Florence Katz, Sophie Boulin, Marie Louise Duthoit, tout en s'appropriant les codes de la rhétorique gestuelle et de déclamation avec Jocelyne Chaptal. Puis sa rencontre avec Martine Viard l'amène à développer un travail plus contemporain et révélateur autour de la voix. Elle a chanté depuis 1998 dans les projets de la compagnie Montalvo-Hervieu des airs souvent A Cappella allant du Cabaret berlinois à Mozart, de la musique baroque à la musique iranienne (avec Saeid Shanbehzadeh), avec l'Orchestre National d'Ile de France pour les 20 ans de Suresnes Cité Danse, dans l'Amour Médecin avec le Concert Spirituel, des Airs d'Opéra et des Lieder de Mozart en duo et en solo au Festival du Vexin, et chante dans ses propres productions avec Le Miroir des Songes depuis 2004.









 



Accès direct

Ecoles & Collèges

Newsletter


Services

La salle de concert

Collège des Bernardins
20, rue de Poissy - 75005 Paris
Bus n°63, 86, 87, 24, 67, 47, 89
Metro : Cardinal Lemoine, Maubert-Mutualité, Jussieu

Sur le réseau


Nous Contacter

Marianne Vourch Production
9, rue des Saints-Pères
75006 Paris
Téléphone : 01 42 27 79 90
Email: marianne.vourch@wanadoo.fr